La Pologne seule face à l’invasion

Le limes européen est-il en train de céder face aux barbares ?

Depuis quelques jours, à la frontière entre la Biélorussie et la Pologne se joue la répétition de la pièce dont l’Europe connaîtra de multiples représentations jusqu’à son étouffement final.

 

Pour Bruxelles, Loukachenko est un méchant. Il n’écoute pas son peuple si gentil et si european friendly.

Il a donc été sanctionné par l’Union.

Il réplique aujourd’hui par l’organisation de l’envahissement de l’espace européen.

Ainsi, l’Europe en s’occupant avec son stupide et coutumier acharnement des pays qui lui déplaisent voit le boomerang lui revenir en pleine gueule.

 

Depuis quelques jours, les vols des compagnies aériennes de Russie, d’Afrique du Sud, d’Algérie, d’Azerbaïdjan, de Côte d’Ivoire, d’Inde, d’Iran, du Kazakhstan, de Libye, du Maroc, du Nigeria, d’Ouzbékistan, du Qatar, du Sénégal, de Somalie, du Sri Lanka, de Syrie, de Tunisie, du Yémen s’intensifient en direction de Minsk, la capitale de Biélorussie. Leurs taux d’occupation des sièges ont augmenté comme la fréquence des vols.

Aeroflot et Turkish Airlines sont principalement à la manœuvre.

Les avions de toutes ces nations “amies” transportent des ressortissants du Cameroun, du Congo, de la République démocratique du Congo, d’Égypte, des Émirats arabes unis, d’Irak, de Jordanie, de Géorgie, de Guinée, du Liban, du Pakistan, du Tadjikistan et de la toujours bienveillante Turquie vers la capitale biélorusse.

 

Depuis Minsk, ils sont véhiculés à quelques kilomètres de la frontière polonaise par bus et camions militaires. La dernière partie du parcours se fait à pied. Sur la frontière, l’armée biélorusse fournit la logistique : cisailles pour couper les barbelés, haches pour abattre les arbres qui écrasent ces mêmes barbelés et ouvrent des brèches dans le limes.

Les journaleux sont heureux, ils font de belles photos. Les grands froids arrivent. Demain ou après-demain dans ces hordes à 95% masculines, le prochain Aylan ou une bonne épouse musulmane mourra (les deux entrelacés ce serait encore mieux).

 

Pour faire face à l’invasion, les Polonais sont bien seuls.

L’UE les soutient comme la corde, etc.

L’Europe aime tellement les migrants clandestins qu’elle veut les accueillir dans le cadre de droits de l’homme surmultipliés. Ces droits s’appliquent dans l’esprit des instances européennes à tous, d’où qu’ils viennent.

Loukachenko a donc décidé faciliter la tâche à Dame Ursula von der Leyen.

 

Bruxelles dénonce certes une “attaque hybride” mais demeure Open Arms sur mer et sur terre et fait payer une amende d’un million d’euros par jour aux Polonais parce qu’ils refusent d’accueillir leur part d’envahisseurs.

Clément Beaune, le secrétaire d’État aux Affaires européennes français a été très clair: “Un piège sécuritaire nous est tendu. (…) On doit traiter cela avec humanitéOn n’est pas une Europe à ériger des murs à sa frontière“. A bon entendeur polonais.

Marcus Graven

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*