Marty parano

Herr Doktor Marty devant les micros. Il a peur.

Il dénonce les menaces de mort dont les soignants provax, lui en tête, sont l’objet.

Quelle injustice ! Alors qu’il aide le gouvernement à piquer plus vite qu’une machine à coudre, il est remercié par des menaces.

https://www.lci.fr/societe/vaccin-covid-19-menaces-de-mort-insultes-soignants-et-scientifiques-en-appellent-aux-pouvoirs-publics-2195671.html

Je respecte la science, pleurniche-t-il.

Mais la science des médecins de plateaux, ajoute la petite voix de la raison, est-ce vraiment de la science ?

Un article paru dans France Soir : La Veuve s’impatiente, l’a traumatisé une fois de plus.

La Veuve, c’est la guillotine, se lamente Herr Doktor. Il voit déjà sa tête en faire les frais.

Il fantasme. La trouille court-circuite son système.

Imagination flemmarde du couard.

Lui, le promoteur de la vraie science médicale risquerait donc sa peau tous les jours en apportant sa bonne parole chez BFM, LCI, France Info, CNews.

Herr Doktor qui nous affirmait que grâce aux messies Pfizer et Moderna les vieux seraient protégés, que les enfants voleraient comme des anges vers Papy et Mamie bloqués dans les Ehpad, qu’Israël et l’Islande seraient des paradis plus sain(t)s que celui d’Adam et Ève, est démenti chaque jour que le temps fait. Peu importe, il est un bienfaiteur de l’humanité.

Le ridicule ne tue pas. Marty en est la preuve.

Il s’en prend aux discours complotistes (les complotistes, ce sont les autres, pas lui), aux “fake news” (les “fake news”, ce sont les autres, pas lui).

Certains envisagent un Nuremberg pour le juger.

Des fous, criaille-t-il.

Sur son visage, on lit alors quelques stigmates d’un certain dérangement mental, celui de la surveillance et de la punition.

Herr Doktor a un remède à sa couardise médiatique : l’article 40 du Code de procédure pénale.

Un ami m’écrit : « C’est vraiment un abruti ce mec. Il dit n’importe quoi. Il s’indigne que les élus n’utilisent pas l’article 40 pour saisir le procureur de la République des prétendus appels au meurtre contre lui et les bataillons de médecins de plateaux télés. C’est l’illustration d’un texte mal compris et mal interprété par un imbécile. Ce texte impose l’obligation “pour toute autorité constituée, tout officier public ou fonctionnaire, dans l’exercice de leurs fonctions”, de signaler des crimes ou délits dont il a connaissance. »

Donc même si un élu ou un fonctionnaire a lu un des textes incriminés par la pleureuse Marty, il ne fait que prendre connaissance d’une opinion critiquant et contredisant celle des provax, pas d’un délit ou d’un crime.

https://ripostelaique.com/le-dr-jerome-marty-se-ridiculise-en-maccusant-de-lavoir-menace-de-mort.html

Au-delà du ridicule des dénonciations – parfois calomnieuses de Marty (notamment à mon encontre), se révèle surtout l’intolérance de types comme lui.

Toute opinion divergente est un délit, voire un crime.

Cette pandémie a fortement contribué à éclaircir les consciences.

Avant sa venue, nous savions à quoi nous en tenir sur le discours des politicards, des juges et des journaleux. Maintenant, Herr Doktor nous renseigne sur la majorité des médecins : à mettre dans le même panier que les trois autres catégories (à l’attention de Herr Doktor Marty, je signale que la tête des guillotinés tombait dans un panier. Si cela peut lui servir pour une énième conférence de presse sur les menaces dont il est victime…).

Herr Doktor Marty s’inquiète du passage à l’acte d’un antivax.

Il pourrait prendre une tarte (à la crème) dans la gueule ?

Herr Doktor va-t-il s’enfermer dans son bunker ?

Imagine-t-il que les troupes antivax sont aux portes de Fronton, son Berlin à lui ?

Sent-il la mort planer au-dessus de son crâne dégarni ?

La paranoïa est caractérisée par une méfiance excessive ou une grande suspicion à l’égard de menaces, persécutions, trahisons ou complots réels ou imaginaires.

Sa mort. Guillotine ? Corde à nœud coulant ? Balle dans la tête ? (là, c’est plus sérieux, il faudra qu’elle trouve un cerveau qui paraît se ratatiner de jour en jour – une autre menace de mort ?).

À la fin de son délire Covid-19(84), j’espère que Herr Doktor ne se suicidera pas sur sa terrasse à Fronton en s’injectant tout son stock de vaccins troisième dose périmés, après avoir écrit sur un mur “Marcus m’a tuer“.

Quel zèbre ce Marty !

Marcus Graven

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*