Sondages du jour : insatisfaction sexuelle et approbation du passe…

Un sondage Ifop pour The Poken Company auprès de 5 000 femmes nous apprend que sexuellement, les Françaises sont les femmes les plus insatisfaites d’Europe de l’Ouest. Un tiers d’entre elles s’estiment mal baisées.

https://www.lepoint.fr/societe/une-francaise-sur-trois-n-est-pas-satisfaite-de-sa-vie-sexuelle-03-09-2021-2441251_23.php

Le manque de liberté sexuelle en France est l’explication avancée par une experte en neuroscience et sexologie. Pour elle, les hommes sont de gros bourrins qui ne pensent qu’à tirer un coup sans tenir compte des désirs de leur compagne : « Il y a une éducation des hommes à mener. »

Ce sondage nous apprend aussi que neuf Françaises sur dix ont déjà pratiqué une fellation, que 51 % des femmes ont essayé la sodomie. Par contre, sont en recul l’éjaculation dans la bouche et la déglutition du sperme. Mais un quart des Françaises ont déjà introduit un doigt dans l’anus de leur partenaire et 17 % réalisées un anulingus. Sans faire dans l’étymologie, on devine quelle est la jonction entre anus et langue.

Le réchauffement climatique aurait-il plus d’effet sur les Françaises que sur les Français ?

J’aurais aimé que Sonia Mabrouk interroge Sandrine Rousseau sur le sujet.

Un autre sondage.

Odoxa-Backbone Consulting pour Le Figaro : 67 % des Français approuvent le passe sanitaire, 57 % désapprouvent les manifestations de contestation de celui-ci.

https://www.lefigaro.fr/politique/covid-19-67-des-francais-approuvent-le-passe-sanitaire-20210902

Pour les béni-oui-oui TousAntiCovid, cette contestation n’est pas justifiée (remarquons toutefois que 39 % l’approuvent – ce qui n’est pas rien). 59 % qualifient les manifestants du samedi d’« égoïstes », 61 % les considèrent comme des « inconscients qui mettent en danger la santé de tous ».

Les Français ne feraient donc aucun lien entre passe sanitaire et restriction de leur liberté. Onfray, Enthoven (et beaucoup d’autres) doivent trépigner de joie.

Le Figaro révèle que 8 adultes sur 10 (79 %) sont complètement vaccinés – 85 % avec une dose – et sur les 15 % restant la moitié refuserait toujours de recevoir la potion. D’« irréductibles antivax quoi qu’il arrive », selon Odoxa-Backbone.

Selon l’institut de sondage, cerise macronienne sur le gâteau, la population demanderait l’extension du passe dans le temps et aux entreprises.

Macron approuve. Il envisage maintenant de nous faire accompagner de l’ausweissanitaire bien au-delà du 15 novembre. Un tel investissement ne peut s’éteindre brutalement. C’est un truc fait pour durer. Si le passe a la longévité de la vignette (1956-2000), il ne s’éteindra pas avant 2065.

La fabrique du consentement fonctionne parfaitement. Du moins en ce qui concerne la politique sanitaire. Pour le sexe, faut voir.

Les grands patrons de presse et Macron en sont-ils aux anulingus ?

On pourrait le penser. Macron vient de rajouter quelques 700 millions d’euros au pot des médias, médias dans leur immense majorité aux mains de richissimes patrons français (Arnault, Dassault, Niel, Drahi, Bolloré, Rothschild).

Les journaleux font toujours plus dans la lubrification de la politique macronienne. Si 51 % des femmes ont tenté la sodomie, je ne sais combien de citoyens grâce à la médiacratie y consentent dans une sorte de joie dévirilisée.

Jeudi soir, chez Pascal Praud, une groupie de Macron était sur le plateau des Pros de l’info, Ghislaine Ottenheimer de Gail, rédactrice en chef de Challenges, propriété de Perdriel, une autre fortune française.

Macron est le plus beau, le plus intelligent, le “plus” meilleur, a-t-elle louangé.

Praud n’en revenait pas : « On a une vraie macroniste sur le plateau ! »

Le CSA qui veut des opposants à Zemmour et à la ligne Praud sur CNews entre 19 et 21 heures a été entendu.

Guillaume Bigot dans le dernier Front Populaire écrit : « Les sociétés qui répriment la sexualité sont (…) des sociétés d’obsédés et de maniaques, de masturbateurs ou de violeurs. Ce refoulement, notamment envers la sexualité féminine, est l’un des drames des sociétés arabo-musulmanes contemporaines comme l’explique l’écrivain algérien Kamel Daoud ».  Il écrit également : « Le combat à mort pour la dignité devient incompréhensible, le courage n’est plus une vertu, la force n’est plus une qualité. (…) La Boétie aurait parlé de “fémelins” ou d’“homoncule“, un être lâche, incapable de se défendre et n’attachant aucun prix à sa liberté. »

Une passerelle entre les deux sondages ?

Marcus Graven

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*