Pau : le migrant égorge son bienfaiteur, Bayrou et Darmanin en larmes…

La dépêche de l’Agence France Presse est tombée dans toutes les salles de rédaction et aussitôt les journaleux mainstream l’ont reprise sans se poser de questions.

Vers 11 h, ce vendredi 19 février, le directeur du centre d’accueil pour demandeurs d’asile (Cada) Isard COS  de Pau a été mortellement poignardé par un demandeur d’asile soudanais de 38 ans.

Le directeur, âgé 46 ans, père de famille, est mort quelques minutes après l’agression et son agresseur a été interpellé sans incident.

Aussitôt, le ministre de l’Intérieur a abandonné son dossier sur la dissolution de Génération Identitaire pour annoncer sur Twitter qu’il allait se rendre sur place dans la journée.

Il a également adressé ses « condoléances à la famille de la victime et ses proches ».

Un autre macroniste de compétition, homme du Plan et accessoirement maire de Pau, François Bayrou, a déclaré : « C’est un drame épouvantable. C’est d’autant plus choquant que la victime était engagée pour aider ces réfugiés ».

Encore un coup du père François !

Succomber sous la lame d’un migrant quand on est un collabo de l’immigration est donc plus « choquant » que si l’on est un pauvre bougre ou une jeune fille avec passeport français marchant dans une rue française.

De tels propos en disent long sur la mentalité du bonhomme. Les familles de tous les poignardés et égorgés de l’Hexagone par les clandos et autres demandeurs d’asile apprécieront.

Nous sommes rassurés par une source proche du dossier : l’attaque n’est pas considérée comme terroriste.

Ouf !

Il s’agit simplement du coup de colère d’un pauvre Soudanais, vivant de nos impôts sur notre territoire depuis des années et déjà condamné en 2017 pour avoir par deux fois manié une lame avec quelque intention d’envoyer ses victimes dans le paradis d’Allah.

Pourquoi ce sympathique Soudanais a-t-il piqué une crise ?

Il venait de se voir refuser son statut de réfugié par l’Ofpra (Office français de protection des réfugiés et apatrides).

Quelle honte !

J’imagine le choc psychologique de cet Africain apprenant qu’il devrait dans deux ou trois décennies (autant dire jamais) rejoindre sa joviale contrée de naissance. Quelle absence de cœur !

Darmanin doit dissoudre l’Ofpra pour éviter qu’un tel drame se renouvelle. “En même temps”, il serait bon qu’il dise à tous les demandeurs d’asile qu’aucune de leurs demandes ne sera plus refusée.

Le Centre d’accueil de demandeurs d’asile Isard COS compte 257 places et offre un « accompagnement global mais adapté à chaque situation familiale ou personnelle ». Il propose aussi des hébergements dans différents quartiers de la ville, peut-on lire sur le site de cette “belle” structure, site illustré avec ce qu’il faut pour attiser notre compassion envers la veuve et l’orpheline.

257 possibilités d’animation de soirée dans la cité paloise sans compter les initiations dans les quartiers.

Bayrou et Darmanin vont gémir de concert sur ce drame mais refuseront tout lien entre l’assassin soudanais et l’ouverture de nos frontières à La Horde du ”Contreblanc“.

Les psychologues sont sur place…” pour reprendre un titre de Jacques Gaillard. Nous voilà plus sereins. Les employés et les hébergés du centre Isard Cos ne deviendront pas anti-migrants pour les uns, ne renonceront pas à leur coutume ancestrale pour les autres.

Tout est bien qui finit bien.

Marcus Graven

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*