Assez de ces Diafoirus des médias, payés pour terroriser les Français !

Interview de Michel Maffesoli par Eric Verhaeghe sur le site Le courrier des stratèges.

https://www.youtube.com/watch?v=v0mmTuO16Ts&feature=share&fbclid=IwAR0pDP5WNMZDDIWCyrutpU2N7ybIBBhq4jkqaRD7UlC0_aYoa058IuFgRqQ

Excellent dialogue entre les deux hommes sur l’hystérie sanitaire instaurée par Macron et ses sbires.

Maffesoli décrit sans ornements lexicaux l’oligarchie médiatico-politique qui se réclame de l’humanisme pour terroriser une grande partie de la population. Au slogan de « Sauver des vies », elle nous prive de la vie. Ce n’est pas nouveau. Depuis des années avec des « Fumer tue » (photos de cancers à l’appui), des « à consommer avec modération » dès qu’il s’agit d’alcool, de « cinq fruits et légumes par jour », l’hygiénisme a effacé le “memento mori” pour nous faire croire qu’il n’y a pas de finitude à l’existence. La secte – alliance des politicards et des médecins – a le pouvoir et à longueur de journaux radios, d’informations télévisées, de quotidiens papier nous présente sa rationalisation morbide du réel.

Pour Maffesoli, la caste au pouvoir, dans les semaines ou les mois à venir, devra faire face à des soulèvements populaires. Il cite, la “teuf” de Lieuron dans les environs de Rennes, où 2500 jeunes se sont rassemblés pour une rave party.

Eric Verhaeghe doute, comme moi, qu’un jour prochain de telles insurrections auront lieu. Elles n’apparaîtront que lorsque la majorité de la population n’aura plus peur, lorsque le peuple français rejettera massivement la violence extrême de ce régime. Violence qui n’est pas celle de la petite racaille mais celle d’imposer dans les cerveaux une terreur de la mort par la maladie. Cette terreur fait des Français des zombies, des morts-vivants, apparemment vivants et réellement morts. Chaque jour, nous en avons le spectacle dans les rues avec ces personnages masqués qui traînent leur misère à l’ombre d’eux-mêmes.

Macron et sa clique communiquent sur la maladie. Presque toutes les heures.

« Dans communiquer, il y a niquer » dit Maffesoli, ajoutant que le pouvoir nous dit « On va vous baiser la gueule ». Et il le fait en nous privant de presque toutes nos libertés.

Quand les Français n’auront plus peur, ils agiront.

Je crains que ce ne soit pas pour demain ni après-demain quand je vois leur comportement craintif dès que l’on est à moins de cinquante centimètres de l’un d’eux.

La peur, écrivit Frank Herbert dans Dune, tue l’esprit, conduit à l’oblitération totale. Pour l’instant, peu de Français osent l’affronter. Personne, ou presque, n’a le courage de « péter de travers », dit Maffesoli. La bien-pensance, le conformisme brident la population, mais c’est la trouille qui bloque toute révolte.

Elle est fabriquée par les médecins.

Ces hommes et ces femmes dont Delfraissy, Blachier, Lacombe Lucienne – pardon Karine – Pelloux et Marty nous grondent : « Faites ceci, ne faites pas cela », « Ne parlez plus dans les transports en commun », « Ne vous servez plus de vos téléphones dans les rues », « Soyez à deux mètres de distance les uns des autres » et maintenant « Faites-vous vacciner et vite ! ». Sinon ?

L’emprisonnement permanent. La salle de réanimation. La mort.

Ils exultent en injectant au peuple crédule une peur panique qui le tétanise comme un lapin dans les phares d’une voiture. Ces manipulateurs en blouses blanches demandent des sanctions contre ceux qui, comme Raoult, Perronne, Henrion-Caude, Toussaint, les contredisent.

En remerciements, les Diafoirus reçoivent la légion d’honneur de la part de « l’excellent acteur » (aux dires de son père) qui préside, hélas, à la destinée de la France. D’ailleurs, on peut se demander si l’hôte de l’Élysée contaminé par le virus n’était pas une théâtralisation. Comme beaucoup de gestes de cet individu.

La collusion entre le pouvoir et les médicastres existe depuis longtemps. Mais elle n’a jamais été aussi visible.

Si les médecins de plateaux télés ne ferment pas leur gueule, il n’y aura pas d’insurrection.

Macron les encourage dans leurs délires de vaccination.

Rappelons avec le docteur Delépine que le succès de la lutte contre une maladie ne se mesure pas au nombre de personnes vaccinées mais au résultat : est-ce qu’il y a plus ou moins de malades atteints par le virus de Wuhan depuis que l’on vaccine sans réflexion comme en Israël ?

Les médecins médiatiques ont métamorphosé une nation de citoyens en dispensaire de patients.

Les faire taire relève de la salubrité publique.

Comment les obliger au silence radio et à soigner, vraiment soigner ? Là est une des clés du problème.

Marcus Graven

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*